le MESNIL GEOFFROY

Publié le par Jackie

le MESNIL GEOFFROYle MESNIL GEOFFROY
le plus drôle des jardins normands, appelé jardin des Amouhoques,
du nom cauchois de la Camomille sauvage, ces mauvaises herbes
cultive le goût du paradoxe en s' acclimatant sur des plate-bandes,
250 espèces fléaux du jardinier : pissenlits, orties, chiendents,
chardons poussent sur les talus des environs.
Pour information , pas d' indiens dans le secteur de Mesnil bien que,
depuis le XVIIe des liens amicaux unissent certaines tribus
amérindiennes et la France . Le 1er mars 1827 quatre hommes et
deux femmes de la tribu Osages ramenés par C. Colomb embarquent
à la Nouvelles Orléans direction le Havre, Rouen puis Paris.
le MESNIL GEOFFROY
le MESNIL GEOFFROYle MESNIL GEOFFROYle MESNIL GEOFFROY
le MESNIL GEOFFROYle MESNIL GEOFFROY
le MESNIL GEOFFROYle MESNIL GEOFFROY
 Bienvenue à Corinne de Fontaine le Dun chez les marcheurs du 2e groupe.

Bienvenue à Corinne de Fontaine le Dun chez les marcheurs du 2e groupe.

Nous souffrons toujours du peu qui nous manque et jouissons peu du beaucoup que nous avons.
Nous souffrons toujours du peu qui nous manque et jouissons peu du beaucoup que nous avons. Nous souffrons toujours du peu qui nous manque et jouissons peu du beaucoup que nous avons.
Nous souffrons toujours du peu qui nous manque et jouissons peu du beaucoup que nous avons. Nous souffrons toujours du peu qui nous manque et jouissons peu du beaucoup que nous avons.

Nous souffrons toujours du peu qui nous manque et jouissons peu du beaucoup que nous avons.

le MESNIL GEOFFROY
Mais au fait c' est quoi une verrine ?
je vous passe la recette de l' apéritif dinatoire et
m' oriente vers cette petite fenêtre installée entre
les colombes de la pièce principale de la chaumière.
Elle diffuse l' éclairage nécessaire au tisserand
de l' époque qui jusqu' au début du XIX siècle
travaille à la maison, maintenant nous appelons
cela le télétravail.
Remerciement à Nadine pour sa recherche
genealalie.canalblog.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article